Structure d’une bobine d’allumage

Exemple de bobine d’allumage
Exemple de bobine d’allumage

D’un point de vue simplifié, la structure d’une bobine d’allumage montée sur moteur essence est la même quel que soit le type de bobine.

Les bobines d’allumage sont constituées d’un noyau ferromagnétique, autour duquel sont enroulées les bobines primaire et secondaire.  Le fil de cuivre de ce type de bobine est isolé, afin d’éviter d’éventuels courts-circuits.

Bobines d'allumage et induction électromagnétique

Le courant haute tension produit par une bobine d’allumage naît dans la bobine secondaire, grâce au mécanisme d’induction électromagnétique.

Pour créer ce phénomène, la batterie fournit du courant à la bobine primaire, via la connexion basse tension de la bobine :

  • Un champ magnétique se forme instantanément autour de la bobine primaire.
  • Si le courant électrique est coupé, le champ magnétique s’interrompt. C’est cette interruption qui déclenche une impulsion, ou décharge électrique de haute tension, dans la bobine secondaire.

La transformation : déterminée par la bobine

La tension produite dans la bobine secondaire est supérieure à la tension de 12 volts, en provenance de la batterie, qui circule dans la bobine primaire.

En effet, comparée à la bobine primaire, la bobine secondaire est constituée d’un enroulement comptant un plus grand nombre de spires très fines.

Le rapport d’enroulement se situe entre entre 1/150 et 1/200 selon les bobines (1 enroulement au primaire égale 150 à 200 enroulements au secondaire).

Facteurs supplémentaires

En plus du rapport d’enroulement, il existe d’autres facteurs responsables de  l’augmentation de tension de sortie. Voici quelques exemples qui peuvent jouer un rôle important :

  • La force du champ électromagnétique créé autour de la bobine primaire
  • La rapidité avec laquelle le champ électromagnétique est créé et s’effondre
  • La finesse du diamètre du fil de la bobine secondaire et, par extension, du nombre d’enroulements
  • Le temps de charge de la bobine